la croûte planétaire peut soutenir la vie grâce aux radiations

Les

A découvrir également : Gardez la natation simple et faites un entraînement intense à faible impact

éléments radioactifs situés bien sous le sol désintègrent les molécules d’eau, produisant des ingrédients pouvant alimenter la vie souterraine. Ce processus, qui soutient les bactéries dans des fissures isolées remplies d’eau et de pores rocheux sur Terre depuis des millions à plusieurs milliards d’années, s’appelle radiolyse. Aujourd’hui, une étude publiée dans la revue scientifique Astrobiology indique que la radiolyse peut alimenter la vie microbienne souterraine sur Mars.

Trou réalisé par le rover Persévérance sur le sol martien. Image : Nasa

A voir aussi : Le département des ressources humaines : Le joyau caché de votre entreprise !

Bien que les tempêtes de poussière, les rayons cosmiques et les vents de soleil soient capables de dévaster la surface de la planète rouge sous la croûte martienne, certaines vies peuvent trouver refuge.

« L’environnement présentant les meilleures chances d’habitabilité sur Mars est le sous-sol », explique Jesse Tarnas, planétaire scientifique au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA et auteur principal de la nouvelle étude.

Les météorites de Mars tombées sur Terre aident à la recherche

Selon les recherches, l’examen du souterrain martien peut aider les scientifiques à savoir si la vie peut y être maintenue — et les meilleurs échantillons souterrains disponibles aujourd’hui sont les météorites martiennes tombées sur Terre.

L’équipe a évalué la taille des grains, la composition minérale et l’abondance des éléments radioactifs dans ces météorites et a estimé la porosité de la croûte martienne à l’aide de données satellites et de robots explorateurs.

En savoir plus :

Ils ont relié ces données à un modèle informatique simulant la radiolyse pour voir l’efficacité du processus qui aurait généré de l’hydrogène gazeux et des sulfates : des ingrédients chimiques qui peuvent alimenter le métabolisme des bactéries souterraines.

Selon les chercheurs, s’il y avait de l’eau, la radiolyse sur le sous-sol martien aurait pu soutenir les communautés microbiennes pendant des milliards d’années — et peut-être encore aujourd’hui.

Les roches martiennes sont utilisées pour la première fois pour étudier l’habitabilité de la planète.

Auparavant, les scientifiques avaient déjà étudié la radiolyse de Mars, mais il s’agit de la première estimation utilisant des roches martiennes pour quantifier l’habitabilité souterraine de la planète.

Tarnas et ses collègues ont également évalué la richesse potentielle de la vie dans le souterrain martien et ont constaté que jusqu’à un million de microbes peuvent exister sur un kilogramme de roche. Selon le site Web de Scientific American, les géobiologistes ont trouvé des densités comparables sur le sous-sol de la Terre.

Selon les chercheurs, les échantillons de météorites les plus habitables analysés semblaient être constitués d’un type de roche. La , qui est le plus ancien terrain de Mars », explique Tarnas.

La vie souterraine, telle que décrite dans cette étude, nécessiterait de l’eau. « On ne sait pas encore s’il y a des eaux souterraines sur la planète », explique Lujendra Ojha, planétaire scientifique à l’Université Rutgers, qui n’a pas participé à l’étude. « Déterminer si la croûte martienne contient de l’eau sera une étape importante, mais cette enquête aide déjà à motiver cette recherche. Là où il y a des eaux souterraines, il peut y avoir de la vie ».